Bienvenue à tous

ou utiliser le formulaire de contact tout en bas à droite de cette page.


samedi 4 avril 2009

Cycle utopies réelles (3) : la saline royale d'Arc et Senans


La saline royale d'Arc et Senans est un lieu magique, exceptionnel, quasi extra terrestre. Un des rares témoins intact du grand siècle qui ne soit ni un édifice religieux, ni voué à l'habitation, mais au travail.

La Saline royale vue du ciel

Elle fut conçue et construite par Nicolas Ledoux, qui est un compatriote - il est né à Dormans, les quelques recherches faites à l'occasion de ce message me l'apprennent, - architecte de Louis XV, au temps où le sel représentait 6% de la richesse royale et où sa production méritait une attention très particulière. Classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, elle vaut un voyage, et de très loin.

Arc et Senans dans son environnement

Les sources documentaires sur la saline royale sont nombreuses et il ne s'agit pas de les plagier. Pour notre propos, on peut voir dans l'architecture de la saline la transposition d'une théorie humaniste de prise en charge globale de l'individu directement issue des Lumières.


Malheureusement, comme souvent, ce fort projet n'a pas été mené jusqu'à terme : le demi-cercle actuel, qui contenait les lieux de travail, devait être complété par un autre, comprenant cette fois les logements des ouvriers. Concurrencée par les marais salants des bords de mer, la saline a rapidement périclité compte tenu des techniques à mettre en œuvre pour récupérer le sel : transport de la saumure dans un saumauduc (la seule occurrence du mot jamais rencontrée jusqu'ici) , du bois de la forêt proche, évaporation lente etc.

Outre de nombreux visiteurs du monde entier, la Saline royale accueille aussi des manifestations culturelles et universitaires, ainsi que des séminaires de travail privés . On peut penser que ceux-ci, dans un tel environnement, sont spécialement productifs, et permettent d'isoler le sel de la science par évaporation du flot des opinions probables qui habituellement le dilue. La métaphore était trop tentante, désolé !

Le projet complet