Bienvenue à tous

ou utiliser le formulaire de contact tout en bas à droite de cette page.


vendredi 4 décembre 2009

Pêcheur de perles musicales (19) : Haendel, For unto us a child is born...


Le blog s'était déjà arrêté sur le grand Haendel, à propos des opéras Tamerlano et Xerxès. A l'approche de la nativité, il paraît intéressant de proposer une perle musicale issue cette fois-ci de sa musique sacrée, du célébrissime oratorio Le Messie, composé pour la période de Pâques mais habituellement donné depuis pendant l'Avent.

For unto us a child is born en est un morceau de choix, proposé sur l'internet dans des dizaines de versions de toute qualité et de toute facture. On voir au passage à quel point, tout archi connu qu'il soit, l'air peut être difficile et piégeux, compte tenu des horreurs musicales proposées quelquefois.

Dans les onze versions qui suivent, choisies entre tant d'autres, trois mentions particulières.

D'une part à la version du choeur des Mormons, dans le style : plus il y en a, mieux c'est. Ouf ! A quand le Guiness des records par le nombre de chanteurs réunis ? On trouve par ailleurs beaucoup de bondieuseries, surtout venues des Etats Unis, dans les versions vidéos mises en ligne par les internautes, genre enchainement de scènes de la nativité ou diaporama représentant des nouveaux nés sous toutes leurs coutures... Curieuse réminiscence de l'origine de l'oratorio, qui défraya les chroniques au moment de sa sortie, car trop "grand public". Il était d'ailleurs produit dans des salles de spectacles avec force artifices de mise en scène et pas dans les Eglises. Scandale !

Ensuite, ne pas manquer la version de Spinosi, retransmission d'un spectacle au théâtre de Vienne en avril de cette année, qui utilise les chanteurs d'une manière un peu décalée, à la manière d'un opéra, mais sans sacrifier à la qualité musicale .

Enfin, la version de Marcelos Ramos, avec le Choeur Madrigale et l'orchestre symphonique du Minas Gerais, donnée au Grande Teatro Palacio das Artes de Belo Horizonte en décembre 2007, qui dépoussière ce tube de la musique classique par un phrasé tout particulier, tant pour les instruments que pour les choeurs. Etrange. Mais évidemment on peut ne pas aimer.

Pour le reste, on trouvera toutes les grandes interprétations intéressantes. L'Oratorio ayant été composé en anglais à Londres, les versions britanniques sont les plus nombreuses.

Côté technique, les onze versions sont proposées en utilisant la fonction de Playlist (Juke box en français) du site YouTube. Il suffit de passer la souris en bas de la vidéo pour faire apparaitre en miniature les autres versions et de cliquer sur celle que l'on souhaite. Bonne écoute.

For unto us a child is born,
unto us a son is given,
and the government shall be upon His shoulder;
and His name shall be called
Wonderful, Counsellor, the mighty God,
the Everlasting Father, the Prince of Peace.

Car un enfant nous est né,
un fils nous a été donné
l'empire a été posé sur ses épaules,
et on lui donne pour nom
Conseiller admirable, Dieu fort,
Père éternel, Prince de la paix

(Isaie 9: 6)