Blog perso pour se faire plaisir et communiquer avec les amis qui sont loin, et tous les autres : visites, impressions, découvertes...
Les humeurs quotidiennes ont été reléguées sur Facebook. J'ai dû désactiver les commentaires à cause des spams, désolé.

jeudi 23 juillet 2020

Les séries du moment : Fauda et Criminal France, Allemagne, UK, Espagne


Fauda frappe fort. D'abord le spectateur, qui se trouve plongé immédiatement dans l'explosif chaudron des territoires administrés par l'autorité palestinienne : Cisjordanie et Gaza. 

La série, qui compte 3 saisons, est israélienne. Pas très étonnant qu'elle prenne le point de vue d'Israël et de sa sécurité, comme certaines critiques le soulignent. Mais elle n'est pas tendre malgré tout pour les protagonistes principaux, citoyens d'Israël chargés d'infiltrer la société des territoires occupés, ou, si on préfère les territoires de la rive droite du Jourdain. 

Dans les vrais médias israéliens, on parle de la Judée et de la Samarie... On se croit dans l’Évangile. Bref, on désigne là les territoires sous administration palestinienne mais sous contrôle israélien.

Dès la première saison, les trois opérations de maintien de l'ordre - si on ose dire - se terminent en sanglants fiascos. 

La haine au quotidien est frappante, ne laissant pas de place aux bons sentiments : les affinités interpersonnelles - au delà des origines - sont vite balayées par la guerre millénaire, les iniquités, la violence, le fanatisme et le meurtre.

Bref, Fauda n'est pas une promenade de santé, mais elle est utile : ne pas oublier, si proches de l'Europe géographiquement et culturellement, des populations continuent de s’entre-déchirent sans que l'on en voie l'issue. 

Cela pourrait être la limite de la série, le simple constat étant tellement frustrant pour un Européen qui a grandi en même temps que l'Europe, et qui a quand même connu les avancées positives du dialogue israélien-palestinien pendant un temps. 

Les acteurs sont israéliens et palestiniens, tous excellents.




Les douze épisodes de Criminal France, Allemagne, UK et Espagne (3 épisodes par pays) représentent un exercice de style formidablement intéressant, visionnés d'un seul coup et avec passion.

Dans tous les cas, nous sommes en huis-clos, dans la même unité de temps et d'espace et dans le même dispositif : l'interrogatoire d'un suspect par un ou deux policiers en face à face, interrogatoire suivi aussi par d'autres policiers derrière une vitre sans tain, prêts à vérifier les informations et suggérer des questions ou des réactions à leurs collègues.

L'ensemble des contraintes en place obligent à se concentrer sur les contenus des échanges verbaux jusque dans leurs infimes détails, essentiels pour approcher la vérité des faits. Elles mettent en lumière aussi le jeu d'acteurs entre les policiers : relations hiérarchiques, respect des rôles et fonctions, attitude vis à vis de leur métier, attitude vis à vis des suspects...

Pour le reste, il faut aimer les thrillers. Les cas disséqués sont au cœur de l'actualité de leur société : les réfugiés, les attentats, l'homophobie, la pédophilie, les conséquences de la chute du mur de Berlin...



samedi 11 juillet 2020

Sur la Playlist du week-end : Joseph Bologne de Saint-George



Si l'existence du Chevalier de Saint Georges est indéniable - c'est un des personnages les plus fascinants du XVIII° siècle européen - tant d'interrogations se posent sur son origine, sa filiation, ses premières années et même sur son nom.

C'est très probablement en arrivant dans le Royaume qu'il est devenu homme libre - il avait moins de 10 ans - car Joseph était esclave, né en Guadeloupe, sa mère étant esclave de Guadeloupe. 

Tout esclave arrivant en France devenait de fait homme libre depuis 1315. Il n'était pas possible d'accepter des esclaves sur le sol du Royaume. Ce qui évidemment ne valait pas pour les colonies.

Nous avons cependant quelques certitudes à son propos :  sa peau était noire et ses talents étaient éclatants tant comme violoniste, chef d'orchestre et compositeur que comme sportif, épéiste et militaire.

Le Chevalier fait partie de ces personnes qui ont traversé la Révolution : son côté était celui de la République, même s'il avait ses grandes entrées à Versailles avant le grand chamboulement de 1789, la musique l'ayant rapproché de Marie-Antoinette.

Sa musique instrumentale, régulièrement écoutée, est enjouée, bien composée et solidement construite. Sa musique lyrique est pour l'heure peu connue.

Pour le reste, sa personnalité reste le support d'innombrables supputations retrospectives sur son parcours extraordinaire. Il reste donc sans doute beaucoup de travail pour les historiens à son propos.

Hélas, le Chevalier de Saint Georges est affublé un peu partout du sobriquet de Mozart noir. Quelle idiotie, qui témoigne de tant de préjugés ravageurs sur la couleur de peau des êtres humains ! 




jeudi 2 juillet 2020

Vers le Sud-ouest





Après le grand confinement du printemps de 2020, il fallait prendre l'air.  La tangente vers le Sud-ouest s'imposait, et les images se suivent par ordre chronologique.

Venant du Nord-est, Orléans est souvent la première étape. Puis les villes du sud-ouest après quelques heures d'autoroute : Périgueux, Marmande, Villeneuve sur Lot, Agen et les banlieues somptueuses du Lot et Garonne : Penne d'Agenais, Pujols, le domaine Latour-Marliac au Temple sur Lot.

Deux concessions à la foule relative : Bordeaux et sa magnifique mise en image de l'oeuvre de Klimt et de Klee dans l'ancienne base des sous-marins (allemands) renommée à l'occasion Bassins de lumière et Biscarosse, dont les aménagements très naturels, efficaces et esthétiques de la digue de sable parallèle à la plage doivent être remarqués. Il aurait été plus simple de tout bétonner, non ? En tout cas, une réussite en matière d'aménagement urbain et balnéaire.

Enfin, inscrite depuis si longtemps sur la liste des visites, la Maison de George Sand fut l'étape de retour : cela valait l'arrêt, mieux que de s'affaler dans une chambre de motel.