Blog perso pour se faire plaisir et communiquer avec les amis qui sont loin, et tous les autres : visites, impressions, découvertes...
Les humeurs quotidiennes ont été reléguées sur Facebook. J'ai dû désactiver les commentaires à cause des spams, désolé.


lundi 25 octobre 2021

Lieux singuliers (6) : Charleville-Mézières pendant le Festival mondial des Théâtres de Marionnettes


 Entre la Place Ducale, sortie intacte par miracle du premier XVII° siècle, le remarquable Musée de l'Ardenne, l'ancien Moulin qui enjambe la Meuse, maintenant Musée Rimbaud et la maison familiale du poète à quelques mètres de là, et qu'on peut maintenant visiter, Charleville-Mézières vaut une visite sans problème. Et si on y ajoute les trésors de tous les siècles de la vallée de la Meuse ainsi que Sedan, principauté protestante jusqu'au 1642, son énorme Château et la Belgique toute proche, le voyage vaut la peine.

Mais Charleville-Mézières devient un vrai lieu singulier lors du Festival mondial des Théâtres de Marionnettes.

Les magnifiques pierres blondes du centre-ville y forment une espèce de fond de scène pour tous les spectacles et animations qui prennent place sur l'espace public, devenu piéton en grande partie. Tous les publics et toutes les compagnies du monde entier sont là, dans une convivialité incroyable : les marionnettes rapprochent manifestement les êtres humains, quels que soient leurs âges.

Le festival a lieu tous les deux ans en septembre. Le prochain aura lieu en 2023. Ce sera la 22° édition.

Les images sont ici


samedi 25 septembre 2021

La Playlist de l'automne : Schubert, les Trios


 
Encore, et encore, les Trios de Schubert sont sur la Playlist, et il fallait les mentionner un jour. Ils nous sortent du baroque et nous tombons à pieds joints dans le romantisme échevelé. Mais que c'est beau !

Numérisé depuis très longtemps, ce coffret de deux CD-Audio représenté ci-dessus serait sans aucun doute dans le 10-top des disques à emporter sur une île déserte si l'occasion se présentait. Ils ont déjà été  entendus tant de fois que l'oreille a du mal à entendre d'autres versions. Mais on a fait un effort pour illustrer ce message de manière plus diverse ci-dessous.

Cette magnifique musique a été composée par un jeune homme, à peine trentenaire, qui avait déjà écrit un bon millier de pièces - c'est plus que Mozart. 

Et il va bientôt mourir. Schubert est mort à 31 ans en 1828, et des notes mortifères hantent souvent sa musique : chroniquement malade, la mauvaise santé pesait beaucoup sur sa vie. Est-ce pour cela qu'il a donné au monde cette musique profonde et sensible ? Est-ce pour cela aussi que ses trios brillent par leur économie de moyens, mais pour une émotion maximale : peine, arrachement, chagrin, douleur, déchirure - comme on voudra la dépeindre.

Franz a eu beaucoup d'amis qui l'ont épaulé beaucoup, ayant pressenti à quel génie ils avaient affaire - même s'il s'en moquaient gentiment en l'appelant petit champignon (Schwammerl, en dialecte autrichien) - il mesurait 1 m 56.

Il n'a jamais eu de successeur, ni dans la vie, ni pour sa musique. Pour autant, cette musique a assuré sa subsistance car Schubert est un des premiers compositeurs à vivre entièrement de ses compositions.






samedi 11 septembre 2021

Visite du Camp de Royallieu à Compiègne : n'oublier rien


Cela faisait longtemps qu'il fallait le visiter (le mémorial a été créé en 2008... seulement). 

Il nous replonge directement dans une histoire sombre, où les assassins et les crapules en col blanc étaient au pouvoir. Ces documents glacent le sang. 

Ce camp a accueilli surtout des prisonniers de guerre, puis des prisonniers politiques, les communistes au premier chef dès que le pacte soviéto-germanique a été dénoncé dans les faits. Les juifs étaient dirigés vers Drancy, mais on en trouva aussi à Compiègne. 

Il y a eu environ 45 000 prisonniers sur l'ensemble de la période, dont 39 564 sont partis dans les camps de concentration. Les autres sont morts sur place ou ailleurs ou finalement libérés (les chiffres de Wikipédia ne correspondent pas aux chiffres donnés sur place). N'oublier rien.