Bienvenue à tous

ou utiliser le formulaire de contact tout en bas à droite de cette page.


dimanche 14 décembre 2008

Folie des intégrales, la suite

Comme la sélection de lecture de la rentrée scolaire, la revue des propositions des éditeurs de musique pour la fin de l'année fait partie des rites culturels de notre société de surabondance pourtant en crise.

Que découvrons nous cette année ? Il fallait s'y attendre : une intégrale Haydn en rien moins que 150 CD et à "prix accessible" comme on dit, et par le même éditeur (néerlandais) que les autres intégrales à bas prix mais très crédibles (Mozart, Bach, Beethoven, mais aussi Brahms et Chopin), Brilliant Classics. C'est en effet le deuxième centenaire de la mort du compositeur en 2009.


Diablement tentant. Mais on l'avait déjà vu sur le blog, où trouver le temps de tout écouter ? Et encore ne s'agit-il que d'une première partie, il en reste autant à venir en 2010 et 2011, Haydn a été un musicien particulièrement prolifique.

En tout cas, il faudra expliquer le phénomène suivant : le rayon "classique" des grandes surfaces du disque fond à vue d'oeil, sans doute par défaut de clientèle. A ce rythme, sauf exception , ces rayons se résumeront à une simple étagère dans un couloir - c'est déjà le cas à certains endroits.

Pour autant, les éditeurs semblent éditer toujours plus, et notamment des intégrales complètes qui auraient couté des fortunes il y a une dizaine d'années et qui maintenant s'offrent entre 100 et 200 Euros... Quid ?

Indice d'une modification considérable de l'économie de ce secteur, le paradoxe s'explique aussi sans doute par l'irruption du classique sur internet, tant en ventes qu'en offre gratuite.

Un petit tour sur n'importe quel site de vidéo en ligne ou sur un des réseaux Peer to peer suffit à se rendre compte que les amateurs s'offrent maintenant les uns aux autres ce qu'ils ne trouvent plus ailleurs, ou ne peuvent plus s'offrir : de grandes interprétations, à comparer les unes aux autres - puisque gratuitement disponibles sans limites, de vastes intégrales, dans des formats sonores impeccables.

Mais qui nourrit encore cette poule aux oeufs d'or ??