Bienvenue à tous

ou utiliser le formulaire de contact tout en bas à droite de cette page.


mardi 3 février 2009

Puits de science...

Nous vivons quand même une époque formidable à certains égards.

Question pour les nostalgiques de leur vie étudiante, pour les érudits passionnés de tout et quelques autres : où peut-on gratuitement mettre à jour ses connaissances sur les hominidés anciens, la question de la Palestine à partir de 1967 ou encore le culte des sources et des eaux dans le monde romain ?

Où peut-on trouver des portraits d'Isabelle la Catholique, de Montezuma ou de Cortès, juste pour actualiser ses idées sur la conquête du nouveau monde ?


Réponse : sur les podcasts du Collège de France d'une part, sur les émissions de Canal Académie d'autre part. Tout s'enregistre dans l'ordinateur, un baladeur numérique ou une clef USB, et tout peut s'écouter ici ou là. Magique.

Les grandes leçons du collège de France, d'une heure à chaque fois, chaque cycle en proposant une ou deux dizaines, sont plutôt exigeantes, mais elles en valent évidemment la peine, car elles proposent comme toujours le meilleur des connaissances dans chaque thème étudié.

Comparativement, les émissions de Canal Académie sont plus légères - en durée et en densité - mais elles remplissent bien leur rôle : faire un point synthétique, actuel, clair d'un personnage, d'un livre, d'une thématique. Un petit reproche : quelques intervenants développent leurs thèmes et leurs analyses d'une manière un peu droitière : il est difficile d'éviter le parti-pris, même subtil, en histoire. Le partenariat avec le Figaro Magazine explique peut-être cela...

Alors bien sûr le temps ne se multiplie pas. Alors bien sûr il faut faire des choix. Mais curieusement, TF1 ne me manque pas et les autres chaines de télévision, à quelques exceptions près, ne m'attirent plus. Je suis maintenant habitué à gérer mon programme télévisuel et radiophonique en quasi totalité, et à écouter ou regarder ce que je choisis, et non plus ce que l'on me propose, et qui souvent est décevant voire carrément débile, excusez du peu. Comme on dit, l'intelligence a des limites, mais la bêtise, la vulgarité, l'abrutissement, hélas non.